Le stress et moi

stressTrès chère crevette…Tu as une oreille si attentive et j’aime à croire que je peux tout te confier. il y a quelque chose dont il faut que je te parle. Si, si c’est important.

Alors voilà. Je ne sais ASOLUMENT pas gérer le stress. Mais quand je dis absolument pas je t’assure que j’exagère à peine. C’est simple, qu’il surgisse une situation qui implique un minimum de pression et mon cerveau se liquéfie. Plus rien ne fonctionne entre mes deux oreilles. Je deviens aussi intelligente qu’une poule.

Tu ne me crois pas pas ? Je sais que ça peut-être difficile à croire, d’autant plus que depuis le temps qu’on se connait tu m’avais en quelque sorte mise sur un pied d’estale  pied d’estalle piédestal…Non? Un peu quand même?

Enfin, c’est une situation très handicapante dans ma vie. D’ailleurs cela aurait pu me la coûter. La vie. Tu suis un peu ou quoi?

Je te raconte.

Un jour quand j’étais étudiante, alors que je rentrais de la fac avec la nonchalance qui m’étais coutumière, je traversais la route en dehors du passage piéton (mon côté rebelle). Et voilà qu’une voiture surgit et fonce droit vers moi.

Que se passe-t-il alors dans mon cerveau?

« -Oulah, une voiture. » Dis ma petite voix intérieure.

« -Nini, faut que tu bouges si tu ne veux pas te faire écraser. » Me dit l’autre voix. Tu sais, celle qui est toujours raisonnable et qu’on trouve souvent un peu chiante.

« -Elle va vite quand même. » continue la première.

« -CODE ROUGE! CODE ROUGE! » commence à s’exciter l’autre.

« -Oui, je vais bouger mais…est-ce que je saute en avant ou je recule? »

« -CODE ROUGE j’te dis ! Mais, bouge, t’es vraiment trop conne, putain!!! »

Je serais restée là telle une biche prise sous les feux d’une voiture, si une bonne âme n’avait pas eu la présence d’esprit de me tirer par le bras. Heureusement qu’il y a des gens qui réfléchissent plus vite que moi!  Sinon, je n’aurais pas été là à t’écrire mes bêtises, une sacrée perte n’est-ce pas?

Cette histoire n’est qu’une illustration et depuis que je suis maman je traverse toujours sur les passages piétons.

Mais je n’arrive toujours à gérer la pression. Il suffit que j’ai plus de 3 choses à faire sur ma to-do list pour que ce soit le drame.

Selon la nature des tâches à effectuer je pratique donc différentes approches:

  • la technique de l’autruche : je cours me cacher sous les coussins du canapé.
  • la technique du hamster: je me mets à courir partout. ça me donne l’impression de faire quelque chose et ça finit par me calmer.
  • la technique de l’opossum : faire la morte. Celle-là ne marche pas super.

Je me soigne tu sais. Si, vraiment, je fais des efforts. Sophrologie, méditation…ah et aussi j’ai repris la cigarette. Ben, quoi?

joana

Oh allez, je sais ce que tu te dit: tout ce blaba pour en arriver-là vraiment Nini, tu me déçois.

Mais euh! C’est parce que… et puis d’abord…Je sais bien mais…arrêteuh!

Allez c’est pas tout ça mais j’ai un truc à faire! Non, c’est pas c’que tu crois.

PS: tu m’aimes quand même? S’il te plait?

 

6 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Escarpins et Marmelade

    Je suis convaincue qu’on peut apprendre à gérer son stress, en s’entraînant notamment. Le fait de répéter une situation stressante aide à dédramatiser (dixit la vieille prof ).
    Je suis un peu comme toi cela dit 😉
    Ça fait plaisir de voir que tu reviens dans la blogosphère !

    • 2
      Nini

      Merci 🙂 Oui, j’étais en stage dans un achram pour apprendre à gérer mon stress… Je crois que j’ai quand même fait des progrès. Ou alors ils m’ont dit ça pour que je parte.

  2. 3
    rachel

    De mon côté je suis une hyper sensible, et le stress est particulièrement dur à gérer aussi !
    D’ailleurs, ça me fait rire parce que l’histoire de la voiture m’est arrivée aussi…sauf que j’y suis passée, sur la voiture ! Je m’en suis tirée avec un coccyx fracturée et des bleus partout mais j’ai eu beaucoup de chance ! Depuis, j’essaye d’apprendre à mieux gérer mes émotions…mais ce n’est pas facile tous les jours !

    • 4
      Nini

      Ouh la la, ma pauvre, ça a dû être douloureux. Je suis contente que tu t’en sois bien remise. C’est tellement stupide comme on peut se mettre dans des situations difficiles en moins de quelques secondes. Juste pour avoir été ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *