Le jour où j’ai abandonné mes enfants

DSC00004L’article d’aujourd’hui a failli s’intituler « Jamais sans mes nains ».

Ma chère crevette, je viens de faire quelque chose de terrible: j’ai abandonné mes nains.

Ne me juge pas, crevette, pas toi…Depuis un petit moment, je n’étais plus en très grande forme, tu sais. Une grande fatigue, des migraines récurrentes.

Ma mère me propose alors de s’occuper quelques jours de mes trolls. Non, lui dis-je c’est impossible ils sont trop jeunes… Ils se réveillent encore 2 à 3 fois par nuit…et puis…et puis… Elle trouve les arguments, je commence à lâcher prise…ou plutôt lâcher mes nains.

Et je me rends à l’évidence, je crois que j’ai besoin d’une pause. Je prends ma décision…enfin, je crois.

Alors qu’une partie de moi pleure, s’arrache les cheveux, se griffe le visage à la façon d’une mama italienne dont le dernier né viendrait de s’embarquer pour le nouveau monde (sur le Titanic)… une autre partie est déjà en train de danser en sous-vêtements sur la table du salon. Je commence même à envisager la réalisation de certains de mes fantasmes les plus inavoués: lire un livre, me faire les ongles, dormir jusqu’à 9 heures… Aller aux toilettes toute seule, sans que personne ne me crie à travers la porte « Mamaaaan, tu fais kôaaaa? ». (Question à laquelle je réponds invariablement « Rieeeeen »)

Ma mère arrive. J’explique aux nains à quel point ils ont de la chance de partir en week-end. Je leur décris une odyssée fantastique. Je leur vends du rêve.

Et, après que j’eus abreuvé ma mère de moult recommandations (du type « tu vois, il aime bien qu’on lui fasse le bruit du singe quand on lui met les chaussettes avec le singe » ou alors « ne la regarde pas dans les yeux quand elle vient de se réveiller sinon ta journée est foutue »)…elle a embarqué mes nains.

« Faites un bisou à maman ». Maman n’en mène pas large.

La porte se referme. Je suis libre.

Comment te décrire, crevette, ce qu’il s’est passé dans ma tête et dans mon coeur à ce moment-là?

C’est bien vrai que le silence peut-être assourdissant, tu sais. Et il s’est abattu sur la maison, impitoyable et froid. J’ai bien cru que j’allais me jetter sur la porte en criant « rendez-moi mes nains! » Mais je me suis accrochée.

Et je vais rester forte.

Je vois bien dans ton regard que tu t’inquiètes (si, jte vois) mais ne t’en fais pas. J’ai du chocolat.

 

N’hésite pas quand même à m’envoyer plein d’amour dans tes coms…au cas où le chocolat ne suffise pas…(soupir)

Mise à jour du 21/02 : Le chocolat c’est bien, le martini c’est mieux.

 

7 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 4
    maman est occupée

    Tu verras, c’est une question d’habitude : bientôt, tu nous rejoindras au club des mères indignes qui fourguent leurs gamins aux grands-parents à chaque vacances scolaires. Il y a mieux que le Martini, le kif suprême : aller au resto !

  2. 6
    MamanFée

    Pas évident la première fois, mais tellement agréable les suivantes!
    Tu verras, le silence te feras du bien…. De même que les grasses mat’. Puis au moins, tu peux manger ton chocolat, tranquillement installée dans ton canap’. Plus besoin de le grignoter en douce, de peur d’avoir un nain qui t’en réclame dans la foulée ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *