La politesse

Un jour ma grand-mère, qui est d’origine étrangère m’a dit que ce qu’elle apréciait en France, c’était la politesse.politesse

J’avais trouvé ça étonnant.

Il faut dire que j’étais ado à l’époque et que pour moi la « politesse » c’était quelque chose de plutôt désagréable et pas tellement utile. Etre obligée de faire un bisou à sa vieille tata, celle qui pique et qui a un drôle de grain de beauté, dire bonjour au voisin qui promène son chien tous les jours que Dieu fait dans l’exacte même rue (la nôtre) et qui a un regard flippant, répondre « oui, monsieur » quand le prof te balance ta copie en te conseillant de laisser ton cerveau se reposer puisque visiblement, il n’y arrive pas.

Non, vois-tu crevette, la politesse, c’était comme les mathématiques, la taxidermie, ou le macramé : décidément pas mon truc.

Voilà pourquoi je mettais un point d’honneur à ne pas aller voir tata vieille bique Monique, à éviter soigneusement le voisin et à répondre le plus insolemment possible à mon professeur. Une histoire de principe, quoi.

Et puis, je suis partie vivre à l’étranger…ça m’a fait tout drôle.espagne1

Jeune étudiante, je débarque dans une ville du sud de l’Espagne pour y poursuivre mes études.

Disparus les « bonjour Madame« , les « je vous en prie » et autres fioritures linguistiques. Oui, ici on va à l’essentiel : « la porte! » hurle l’usager au chauffeur de bus afin que celui-ci lui ouvre la-dite porte. Simple, rapide, efficace. Bah oui, après tout, pourquoi lui dire s’il te plait? Si cela ne lui plait pas, il ne le fera pas et puis voilà!

Après m’être appliquée pendant plusieurs années à apprendre le vouvoiement espagnol, je me rends compte que personne ne l’utilise…

« Tu me laisses? » Me dit-on au détour d’une rue. « Mais…je ne te connais pas! » faillis-je retorquer. Je compris rapidement que cela gif_articlewhat
signifiait « Tu me laisses passer? » Et que c’était l’équivalent de notre : « Excusez-moi, je voudrais passer. »

Je ne vais pas te mentir, il me fallut certain temps d’adaptation.

Oui, parce que quand toute ta vie tu as pris l’habitude que l’on te salue, que l’on te remercie, que l’on s’excuse lorsqu’on te bouscule et même qu’on te souhaite une bonne journée…crois moi, ça fait tout drôle.

Le chauffeur ne me répond plus lorsque je lui dis bonjour, mes voisins non plus, la caissière ne m’addresse ni mot ni sourire, elle prend juste la peine de m’annoncer la somme que je lui dois. Et personne ne me tient plus la porte…je m’en prends plusieurs dans le nez.

Je me sens malmenée, rudoyée, ignorée. Et j’exagère presque pas.

Et lorsque, un jour où je déambule sur le campus, ce petit homme en costume m’aborde d’un misérable : « Filologia? » J’ai envie de me mettre à crier « Hé ho, ducon! ça te trouerait l’cul de dire « excusez-moi mademoiselle, je cherche le département de Littérature, pourriez-vous m’indiquer où il se trouve?!! »

200 (1)
Mais je ne l’ai pas fait, parce que je suis une jeune femme bien élevée. Et j’ai répondu « au fond, à droite ».

Et puis c’est aussi… qu’en fait je commençais à m’habituer. Et à trouver ça normal. Et que j’avais réalisé qu’après tout c’est pas aussi important que ça la manière dont on s’adresse à toi. Le plus important c’est l’intention qui est derrière.

Je me souviens d’une phrase que j’ai entendu un jour sur le quai du métro parisien et qui m’a fait bien rire : « Mais, je vous emmerde moi, Monsieur! » Certes, le message est exprimé avec courtoisie…mais le contenu n’est quand même pas très sympa (oui, puisque le
locuteur envoie virtuellement ses excréments au récepteur).

Finalement, le fait de ne pas s’embêter avec toute cette cérémonie, c’est pas si mal.

J’ai passé plusieurs années dans ce pays et j’en ai adopté les us et coutumes.

J’ai arrêté de saluer le chauffeur, et j’ai appris à crier « la puertaaa! »J’ai compris qu’on ne me tiendrait pas la porte et je mets les mains devant moi. Mon nez souffre moins.

Et pouvoir tutoyer tout le monde, je trouve ça plutôt chouette.  Je trouve que ça rapproche les gens. J’aime pouvoir dire « tu » à mon voisin, même si je viens de le rencontrer et j’aime encore plus dire « tu » à mon banquier : on se sent bien plus à l’aise pour demander un prêt. J’aime que la mamie du bus m’appelle « mi reina » ou « cariño ». J’aime pouvoir appeler mes supérieurs hiérarchiques par leurs petits noms. Et justement, ce rapport infériorité/supériorité, tu ne le ressents pas tellement.

Tu vois crevette, si un jour tu étudies la sociolinguistique et la praxéologie du langage, tu apprendras que chaque peuple communique différemment. Et je trouve que chaque manière de communiquer à son charme.

Bref, à présent que je suis revenue en France…j’ai dû réapprendre deux ou trois trucs…qui sont très vite revenus, bien sûr.

Et quand je suis sortie de la boulangerie ce matin (après avoir dit merci-au revoir-bonne journée à la boulangère) et que la petite vieille à qui je tenais la porte m’a dit « merci bien » et que je lui ai répondu « je vous en prie, faites attention à la marche » j’ai pensé:

« Rho, putain! ça m’avait manqué la politesse! »

13 Commentaires

Ajoutez les vôtres
    • 2
      Nini

      Oui, c’est sûr. Heureusement il y a de plus en plus d’émissions éducatives pour enseigner l’étiquette et le savoir vivre à nos jeunes…je pense notamment « Aux ch’tis à Miami » ou encore à « Touche pas à mon poste »…

  1. 5
    Emma June

    Pour moi, la politesse est super importante (même si elle se perd).
    Je trouve que c’est un liant social, ça adoucit un peu les choses dans ce monde de brutes.
    Ca me plait et je persiste et signe à être polie (ceci étant on peut être poli en tutoyant quelqu’un).
    Bref, j’aurais beaucoup de mal avec l’espagne! 😉
    Car un sourire, une porte tenue, un « allez-y passer », ça fait toujours plaisir non?

    • 6
      Nini

      En fait selon la zone où tu vas en Espagne, et le niveau social, les gens sont plus où moins polis. La ville où j’ai fait mes études est une ville très populaire et c’était vraiment… spécial. En Catalogne, où j’ai vécu par la suite les gens sont un peu plus éduqués mais tu peux toujours crever pour que le chauffeur te réponde s’il te venait à l’idée de le saluer 😉

  2. 7
    HappinessandCo

    Pour moi aussi la politesse est très importante! Je ne suis pas forcement pour la politesse dans son extrême, loin de là (j’ai 21 ans et lorsqu’un enfant ou une autre personne de mon age me dit vous, honnêtement ça me fait juste bizarre!) mais « Bonjours », »Au revoir » « Merci » c’est quand même la base, ça montre un certain respect et surtout, c’est comme un sourire, c’est tellement plus agréable! 🙂

    • 10
      Nini

      Hélas, je crois bien que ça se perd…mais je me dis que tant je me fait engueuler par le chauffeur de bus parce que j’ai oublié de dire bonjour, il y a de l’espoir lol

  3. 11
    MonoCroc

    Ah la politesse. Au boulot je suis en contact permanent avec des gens débarqués des quatre coins du monde. Ils parlent tous des langues différentes. Mais à chaque fois qu’ils arrivent vers moi & entament la conversation -alors qu’on ne se connaît ni d’Eve ni d’Adam- sans même un « bonjour »… je frise la crise de nerfs.
    J’ai mis vraiment beaucoup de temps à ne pas le prendre personnellement. A ne pas considérer ce manque de politesse comme une vulgaire provocation pour que mon poing atterrisse dans la figure de l’intéressé. (Même si parfois, j’avoue, quand je suis mal lunée, ça passe encore un peu mal…)

    M’enfin bon. Je mets un point d’honneur à être toujours aimable & polie avec mes concitoyens.
    Bien que je dise aussi « tu » aux inconnus. Ado’, c’était ma façon de montrer le mépris que j’avais pour le monde qui m’entourait. Aujourd’hui je trouve effectivement que ça rapproche; installe un échange différent, parfois plus léger, plus cool.

    Bref. Vaste débat mine de rien.

    • 12
      Nini

      C’est pour ça que de plus en plus d’entreprises se forment au management interculturel…Nous percevons tous le monde à travers le prisme de notre culture et quand on est pas au courant des usages dans celles des autres cela provoque des malentendus et des tensions qui auraient pu être évitées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *